Du mouvant

Processus somatique de création individuelle et collective 

D’IMAGES ET DE FORMES VIVANTES

 

Thèse de doctorat - soutenance 3 novembre 2014, université Paris 8.

Doctorat d’esthétique, sciences et technologies des arts, spécialités arts plastiques et arts du spectacle vivant

Directeurs : Eric Bonnet et Katia Légeret

Le texte intégral est disponible aux bibliothèques du Centre National de la Danse à Pantin, et de l'université Paris 8.

 

Bibliographie thématique de recherche

Table des matières

Soutenance de thèse - 3 nov. 14 - © A. armé-Janville
Soutenance de thèse - 3 nov. 14 - © A. armé-Janville

Résumé :

Cette recherche est une tentative de mener un processus de création artistique, à la fois théorique et pratique, qui puisse contribuer à penser de nouvelles modalités d'images dans le champ de l'art et propose des pistes alternatives à la représentation. Ces images, fluides, autopoïétiques, sont davantage pensées ici comme translations continues que comme formes déterminées. Vivantes, elles se constituent sur leur bordure, à la limite d'une prise de consistance ou d'une dissolution. Nous partons du mouvant, de la durée bergsonienne, nous plaçant en son sein afin d'épouser le flux continuel des nos corps et des choses. Nous investissons un processus ouvert, celui d'une base d'expérimentation somatique fluide impliquant à la fois un corps sans images, en amont de celles produites par le système nerveux, et une multiplicité d'images poétiques engendrées par l'expérience. À ces pratiques, nous couplons celle d'une philosophie vécue en acte, engageant des concepts dans le processus créatif, le mouvement et la danse. 

La première partie présente nos différents champs et outils théoriques et pratiques, proposant des modes poïétiques exploratoires. Nous nous expérimentons en relation à certains aspects de la pensée de Bergson, Deleuze, Spinoza, Nietzsche et Simondon. Nous convoquons un battement et investissons des dimensions informulées, inconscientes ou préindividuelles pour sentir comment il est possible de générer des points d'émergence qui ne soient pas déterminés ou codifiés au préalable. Au moyen d'outils somatiques tels que le yoga, le Body-Mind Centering, le Mouvement authentique, l'exploration en mouvement, ainsi que d'une pratique d'écriture automatique, nous investissons des champs performatifs qui nous composent avec différents lieux et génèrent des milieux mobiles au sein desquels artistes, spectateurs et environnements sont pensés en relation réciproque. Nous privilégions tout d'abord d'autres modalités sensorielles que celles de la vue, qui peut tendre à nous distancer des choses. Nous activons le cycle sensori-moteur selon différents modes temporels, incluant l'intervalle de la sensation, de l'émotion ou de l'affect, afin de produire des images selon des facteurs intensifs, sans destination esthétique formelle déterminée. Ensuite, nous réinvestissons la vue en définissant une gamme de regards. Nous composons avec des rythmes et des forces plutôt qu'avec des formes et tentons d'agir le temps et l’espace, activant les trois synthèses de temps théorisées par Deleuze : celles du présent, du passé et de l'avenir. Nous vivons ainsi le corps comme une table de mixage temporelle des affects.

Dans la seconde partie, en relation à la pensée d'Artaud, nous nous engageons dans la tentative de nous « faire un corps » sans organes et de « créer la réalité » en l'additionnant d'une part indéfinie de réel vibratoire. Nous considérons différentes modalités de corps dans la performance les mettant en lien avec des artistes, des œuvres et des esthétiques. Les artistes avec lesquels nous entrons le plus en résonance, concernant diverses orientations de cette recherche, sont Anna Halprin, Benoît Lachambre et Lygia Clark. Nous investissons également une dimension éminemment collective de la recherche avec le Corps collectif. Ce laboratoire artistique de recherche et groupe de performance est le foyer de nos investigations. Nous avons été amenés à produire deux types de performances : la Meute, trouvant des alliances avec les matériaux naturels et des esprits animaux, et les Partitions ouvertes, nous axant sur un mode de relation aux spectateurs qui puisse générer des processus singuliers et collectifs d'individuation. La pensée s'élabore au fil de l'expérience conjointement aux écritures spatiotemporelles des partitions. Nous investissons des devenirs humains et non-humains, rencontrant au passage des artistes de performance, danseurs ou chorégraphes contemporains (David Noir®, Christine Renée Graz, Daniel Léveillé, Benoît Lachambre, Xavier Leroy, Myriam Gourfink…) dont la démarche implique des processus somatiques, des questions de nudité et/ou d'animalité. Nous sommes portés à vivre, à penser, un seuil de tremblement sur lequel la perception ordinaire vacille, et à élaborer des modalités de regard qui tentent d'ouvrir les corps et les espaces les libérant d'images fixes ou d'identités trop définies. Il s'agit non seulement de voir avec la peau, les liquides, les os, mais d'épouser le vide au cœur des choses et de tenter de voir avec « les yeux du vide » afin que les images se transmutent continuellement en leur anagramme : magies. Nous pouvons alors nous connecter aux dimensions fluidiques de la vie afin que coule une nouvelle douceur entre les corps et les catégories. 


Mots clés :

Animal, art, Artaud, Bergson, Body-Mind Centering, cellulaire, corps, Corps collectif, Clark, CsO, cycle sensori-moteur, danse, devenirs, durée, écriture automatique, éducation somatique, émotion, espace, esthétique, éthique, expérimentation, danse, Deleuze, Dionysos, fluide, forces, formes, galop, Guattari, Halprin, images, immanence, inconscient, intensif, interstice, interstitiel, intervalle, invisible, kinesthésie, liminal, magie, magies, mouvant, mouvement, Mouvement authentique, Meute, moléculaire, nudité, Partition ouverte, Pégase, perception, performance, poésie, poïétique, préindividuel, processus autopoïétique, processus de création, proprioception, public, réalité, réel, regard, représentation, résonance, relation, rythme, Simondon, sensation, seuil, seuil de tremblement, Spinoza, soma, spectateur, temps, toucher, transindividuel, vibration, vide, vie, visible, yoga.