pratiques somatiques

Nadia Vadori-Gauthier, la Meute, 2013. Photo François-Régis Durand.
Nadia Vadori-Gauthier, la Meute, 2013. Photo François-Régis Durand.
Pour citer cet article : 
© Nadia Vadori-Gauthier, Du Mouvant, processus de création individuelle et collective d'images et de formes vivantes, 2014.

Somatiques et esthétiques

Je mène mes recherches en relation à divers processus somatiques. Les pratiques qui nourrissent mon travail sont le yoga, le Body-Mind Centering® et le mouvement authentique, chacune avec sa spécificité. Elles ont induit pour moi, et pour ceux avec qui je travaille, des modes de corporéité qui nous ont permis de redéfinir les rapports au monde et aux images. Images de soi, des autres, de l’espace, des choses, sont envisagées et senties au travers du mouvement et d’une dynamique des fluides. Sur un plan personnel, cela a transformé le rapport que je pouvais avoir à mon corps, rapport précédemment basé sur une image externe : propre regard sur soi, regard des autres sur soi, regard que l’on imagine que les autres ont sur soi, corps appréhendé à partir d’images extérieures (miroir, photographies, vidéos). Une image interne, fluide, qui se génère par la sensation a dissout la précédente. En tant qu’artiste du spectacle vivant, cela a modifié en profondeur mon rapport au régime de la représentation, à l’inscription des corps dans le visible, ainsi qu’à l’écriture de l’espace et du temps.

 

Conscient et inconscient

 La conscience, telle que je l'envisage dans ma pratique, est un entrelacs conscient-inconscient qui ne fait pas de séparation entre l’un et l’autre. La conscience n’est plus seulement la face lumineuse de notre compréhension du monde, de notre connaissance ou encore de notre attention portée aux choses, et l’inconscient n’est plus seulement un magma sombre qui nous meut indépendamment de notre volonté et qui parfois, dans les rêves ou les lapsus, révèle par irruptions intempestives son véritable contenu, contenu caché. Pour moi, il n’y a pas de contenu caché à révéler, il n’y a pas de contenu tout court. Il y a une force de bourgeonnement, d’éclosion, des plis et des déplis, des seuils d’intensités, un mouvement qui se resserre ou se détend, une profondeur qui peut être dedans, dehors, en haut, en bas, à droite ou à gauche, ou encore quelque part, une surface qui peut être l’envers ou l’endroit, bi-face, topologie mobile. Lorsque l’on navigue dans ce plan fluide, l’expérience sensible s’ancre dans ce qui précède la fonction cognitive du système nerveux. Les deux pratiques qui me permettent d'inclure un part d'inconscient et d'informulé dans mes recherches, son le mouvement authentique et l'écriture automatique.

 

Soma

Qu'est-ce que le corps, 2013. Anthropométries et dessin.
Qu'est-ce que le corps, 2013. Anthropométries et dessin.

Le champ de l'éducation somatique, dont fait partie le Body-Mind Centering®, rassemble un ensemble de pratiques telles que Alexander, Feldenkrais, Continuum mouvement... qui orientent la perception sur le soma, c’est à dire sur le corps senti, vécu de l’intérieur par opposition au corps objectivé, lié à son image et à sa représentation. Le soma est un corps vécu qui n’est pas à proprement parler l’organisme et qui n’est pas non plus une image du corps. 

Le terme de « corps », dans son acceptation courante renvoie plutôt à la forme corporelle et à sa consistance relativement solide. Le corps-objet a une forme. Le soma quant à lui est en modulation constante et en relation à son environnement. Il génère la perception au fur et à mesure de sa rencontre avec le réel. 

Le terme soma s’applique déjà au niveau cellulaire et plus largement au corps vivant dans toutes ses dimensions : une cellule est un soma. La globalité d’un corps vivant, humain, végétal ou animal, est un soma. Le soma est composé d’une multitude de somas, qui sont les cellules vivantes. Le soma peut être également envisagé comme un médium permettant de mieux sentir et agir. C’est un processus qui intègre plusieurs dimensions d'espace et de temps. Il y a une temporalité du soma, il évolue dans le temps. Sa dimension processuelle constitutive s’inscrit dans la durée. Le soma est un mode d’intériorité, qui s’agence au visible, lui-même frontière, la zone liminale entre corps et monde. 

Certaines pratiques du mouvement génèrent cette dimension somatique de l’expérience. C’est dans cette perpective du corps-esprit que l’on peut situer les travaux de recherche de Bonnie Bainbridge Cohen, à l’origine de la pratique somatique du Body-Mind Centering (BMC). La conscience y est d’abord cellulaire. Elle investit les tissus par un mouvement qui est de l’ordre de l’intuition et du sentir. Puis, elle devient réflexive. C’est une conscience d’avoir conscience. 

 

Le corps en mouvement pense

Si l’on entre dans ce processus, le corps vivant est un mouvement constant. Il a plusieurs rythmes, des fluides, des membranes modulables. Cet univers liquidien est à explorer comme un territoire multidimensionnel. 

C’est à partir d'un corps vécu comme processus vivant d’individuation que je conduis mes recherches. Il a pour caractéristique d’être avant tout mouvant, temps et matière. Ce territoire fluidique en devenir agit comme une interface corps/pensée, conscient/inconscient, organisme/milieu. Il génère une pensée qui est d’une autre nature que l’intellect et qui se transmet de façon visible, par les corps, ainsi que dans le partage d’expériences.  

 

Le corps en mouvement pense. Cette pensée se génère au cœur du mouvement et de la matière vivante.  Elle est  mouvement. C'est de ce mouvement que je pars, de ce mouvement qui est de l'ordre du sentir. Il se tisse de perception et engendre des images, des représentations, des actions. 

 

Pour citer cet article : 
© Nadia Vadori-Gauthier, Du Mouvant, processus de création individuelle et collective d'images et de formes vivantes, 2014.